AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cacofiélon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cacofielon

avatar

Messages : 10

MessageSujet: Cacofiélon   Jeu 26 Juin - 13:24


Mauvaise ! Méchante ! Une vraie teigne ! Et ça depuis toute petite. Elle avait commencé par massacrer son doudou, puis poursuivi en arrachant les ailes des mouches, ou en enfonçant des brindilles dans le trou du fond des hannetons avant que d’y mettre le feu. Plus tard, elle écorchait les chats, éborgnait les chiens. Elle piquait dans le denier du culte, volait aux étalages, faisait des croche-pattes au curé. A l’adolescence, elle estourbissait son premier jouvenceau, pour lui piquer son pécule, manquait de peu de se faire cravater par le guet, et s’enfuyait par les chemins, avec un grand rire sardonique. Depuis lors, elle menait une vie de rapine, voleuse, brigande, mercenaire, se vendant au plus offrant, frappant par derrière ceux qui lui faisaient confiance, attaquant les faibles, évitant les forts, ne reculant devant rien pour toujours grappiller une petite pièce en plus. Cacofiélon, ce n’était pas son vrai nom. Un faux mage de Hollande l’avait un jour surnommée ainsi, rapport à un tour de sorcier invoquant un démon déchainé capable de tout attaquer sans discernement, même son Maître.

Mais à force d’à force, sa vie solitaire et hasardeuse commençait à lui peser. Elle aurait aimé trouver enfin une compagnie à laquelle s’intégrer, avec qui elle pourrait exercer ses multiples talents dans une atmosphère détendue de franche et joyeuse camaraderie. Ce jour-là, elle était attablée au fond d’un bouge crasseux, à chipoter une volaille faisandée arrosée d’un aigre clairet. Elle soupira :


Chienne d’existence ! Ma vie solitaire et hasardeuse commence à me peser. J’aimerai trouver enfin une compagnie à laquelle m’intégrer, avec qui je pourrais exercer mes multiples talents dans une atmosphère détendue de franche et joyeuse camaraderie.

Fatum !
fit l’homme attablé en face d’elle.

A vos souhaits ! répondit-elle poliment.

Non, je disais : Fatum. C’est une société secrète de brigandage en tout genre, ils sont grandement organisés, à ce qu’on murmure, et ils recrutent les entrepreneurs des basses œuvres décidés de ton espèce.

Ah bon ? Hépatoum ? Drôle de nom. On dirait une potion pour le mal au foie. Et ousqu’on les trouve donc, ces quidams-là ? Ils doivent être sacrément bien cachés, si c’est une société secrète grandement organisée.

Non, pas trop. Suffit de s’promener dans les bois, pendant que le loup y’est pas, à m’mendonné tu trouveras un poste de guet, tu te présentes à eux et voilà !

Ah ben ça, c’est tout bête, alors. J’y cours de ce pas !

Le seul truc, c’est qu’on dit qu’ils font surtout du hinneguème, et pas trop de rauleplaid. Mais bon, ça, tu verras toi-même sur place.


Hinneguème, rauleplaid. Du Diantre si j’entends goutte à qu’y me cause, ce pelerin ? se dit-elle in petto.

Elle torcha son écuelle, se leva d’un bond, partit sans payer, et la voilà qui court par les bois, de droite et de gauche ; à m’mendonné, elle vit un poste de guet protégeant une palissade.


Ah, ça doit être là. Holà, du guet ! Âme qui vive icelieu ? Je viens pour l’embauche. Houhou, y’à quelqu’un ? Allez, répondez-moi, quoi, soyez pas vaches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandragore



Messages : 126

MessageSujet: Re: Cacofiélon   Ven 27 Juin - 21:14

Le voyage de retour l’aurait presque éreintée, mais non. La Brunette aurait pu parcourir toutes ces lieues en courant tellement elle éprouvait ce besoin de se défouler après sa convalescence forcée. Mais non, quand même, fallait pas déconner…

A l’affût dans un cerisier, la voilà qui s’empiffrait tranquillement de bijoux écarlates et juteux qu’elle croquait délicatement, s’amusant à tenter de recracher les noyaux le plus loin possible. Sait-on jamais, un concours de lancer de noyaux de cerises, ça pourrait faire une bonne animation. Ou pas.

Elle en était là dans ses cogitations intensément gourmandes quand la forêt devint étrangement silencieuse. Les piafs s’étaient tus, ainsi que les grenouilles et la rumeur du vent dans les arbres sonnait comme un signal d’alerte annonçant une intrusion malvenue.

Les sens en éveil, la gamine observa les alentours arrêtant même de mâchouiller ses petites gourmandises, c’était pour dire. Son attention se concentra sur une silhouette mouvante qui semblait se diriger vers le camp.

A la bonne heure, un bizut de plus, pensa-t-elle enjouée par l’idée.

A moins que ce ne fût un nain, c’était une femme, car la carrure qui commençait à se profiler plus clairement était relativement fluette. Pendant une seconde, elle l’imagina comme une cible mouvante, mais, évita de le faire. Ce pouvait être un brigand sanguinaire. En même temps, qui d’autre pouvait oser venir divaguer par là.

Lorsque le bougre parvint à sa hauteur posant des questions à la porte comme beaucoup le faisaient, elle l’interpella.


- Hé ! Tu crois trouver des bergers ici-bas ? Qui t’a meuh-né là d’ailleurs ? C’est pas si facile à trouver ce repaire. T’aurait-on aiguillé ou une mouche t’a-t-elle piquée pour te diriger ainsi dans l’antre Fatum ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cacofielon

avatar

Messages : 10

MessageSujet: Re: Cacofiélon   Sam 28 Juin - 8:11


L’écho de ses clameurs résonna un instant dans la ramure, dérangeant une merlette qui s’enfuit à tire-d’aile depuis le cerisier voisin. Elle tendit l’oreille, et n’entendit rien d’autre que le silence, ce qui était dû en grande partie à l’épais bouchon de cire jaune qui emplissait le fond de ses esgourdes.


Ah ben ça alors ! Y’a personne dans ce barnum ? s’exclama t’elle, légèrement désappointée.

C’est alors qu’une voix l’interpella depuis le cerisier. Elle leva la tête, pour s’apercevoir que la merlette s’était, par quelque sortilège inattendu, transformée en une gamine rieuse, la bouche dégoulinante de jus rouge, semblable à un vampire en train de refaire son plein de O+. Comme elle craignait par-dessus tout la sorcellerie, elle répondit bien poliment à l’apparition diabolique, de peur de la froisser et de se retrouver illico transformée en truie, ce qui, dans l’absolu, ne l’aurait pas beaucoup changée. Elle regarda la lame de son épée, mais celle-ci ne se mit pas à luire. D’un autre côté, ça ne voulait pas dire grand-chose non plus, vu que ce n’était qu’une bête bâtarde même pas magique.

Elle esquissa une espèce de révérence et attaqua son boniment :


Eh bonjour, Done Merlette ! Que vous êtes jolie, que vous me semblez belle. Le mélange de vos atomes fait de vous un Super Phoenix des hôtes de ce bois, parole ! Belle journée pour se promener dans les arbres. J’espère que les bigarreaux sont bigarrés, et je puis en tout cas vous tenir le crachoir. Je ne cherche point de berger, quoi qu’il se dise que d’aucuns ont de beaux bâtons.

C’est un fat homme qui m’a conduite sur ce butoir, et j’espère que son aiguillage ne mène pas à une voie de garage. Ce repaire n’est pas si difficile à trouver, c’est pépère avec un bon repère, j’espère. Sinon, c’est sûr, on se re-perd et c’est la galère. C’est l’antre Fatum, vous dites, j’ai craint un moment que ce ne fut une ville fantôme, ça en présentait les symptômes.


Elle se tut, ne voulant pas non plus en faire des tonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandragore



Messages : 126

MessageSujet: Re: Cacofiélon   Dim 29 Juin - 0:51

La brunette observa l’Autre baragouiner avec une envie de la mitrailler. Puis elle commença à l’écouter s’essuyant la bouche d’un revers de langue pour ne pas gâcher,  puis d’un revers de main pour terminer. Les noyaux inutilisés furent dissimulés à l’abri au fond d’une de ses nombreuses poches.

Il ne manquait plus qu’un petit chaperon cramoisi à l’arrivante, ainsi qu’un petit panier pour sa mémé pour qu’elle eut réellement l’air d’une paumée dans cette forêt.


- Dis, tu t’attends à quoi en venant ici ? Et puis t’as un drôle d’accent ? C’est joli comme tu parles, comme un ménestrel parant ses paroles de vers rimant. Et pas piqué des vers en plus !

S’installant sur sa branche comme un chat sauvage digérant, elle prêta une oreille attentive à la tirade dithyrambique de la Visiteuse. Puis, quand enfin elle eut terminé, elle dégringola très élégamment de l’arbre nourricier et se tint droit comme un I afin de paraître plus grande qu’elle ne l’était.

En la détaillant impudemment, elle s’aperçut que l’Inconnue était armée, mais n’avait pas  l’air si désarmante, pourtant. Si c’était un subterfuge, la laisser entrer dans le refuge pourrait signifier sa fin. Ou son début.


- Il se passe certainement des choses étranges ici, et les fantômes  des Compagnons disparus veillent sur nous, et pas qu’eux d’ailleurs.

La Gamine adressa un sourire vers une des meurtrières derrière laquelle elle se doutait qu’un blond bouillonnait déjà de prendre le relais.

- Pour nos activités, la furtivité prime. Mais parle-moi plutôt de tes attentes. Ensuite, si ta réponse me convient, je te guiderai dans le repaire, et te fournirai quelques repères. Mais si tu te perds, tu ne pourras t’en prendre qu’à toi.

Sans ciller, elle lui sourit, les yeux pétillants de curiosité.

- Et puis, quel est ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cacofielon

avatar

Messages : 10

MessageSujet: Re: Cacofiélon   Dim 29 Juin - 13:41


L’apparition se dévoilait peu à peu, paraissant l’observer avec un brin de prudence. Son examen effectué, elle sauta finalement au pied de l’arbre, et s’approcha. Une gamine, à première vue, une sorte de sauvageonne. Elle babillait, lançait question sur question, comme si elle pouvait décider de tout. En réalité, aux regards furtifs qu’elle lançait parfois en direction du camp, nul doute qu’elle devait être surveillée de près par le reste de la bande. Elle lui demanda finalement son nom. Diantre, elle aurait pu y penser plus tôt, la base de la politesse exige que l’on se présente avant toute chose.

Elle leva les yeux aux cieux, cherchant Calliope et son inspiration, puis elle en prit une grande et, une main sur le cœur, l’autre tendue en direction de la fille, elle se mit à déclamer :


Ah ! Mon parler vous agrée ! Me voilà rougissante.
Vous semblez apprécier la parole rimante.
Même si, à certains, elle paraît fort pédante,
La phrase dite en vers est bien plus pétulante.

Hélas, à votre ton, je vous sens hésitante.
Craignez-vous qu’au turbin je sois incompétente ?
Avez-vous entendu la voix des sycophantes
Rapporter à mon compte des rumeurs dégoutantes ?

Je ne suis point encore vieille rhumatisante.
Mon bras est fort et plein de fierté combattante,
Et à la seule vue de ma lame sanglante
L’ennemi se répand de trouille oléifiante.

La rapine est mon fort, elle est enrichissante,
Je ne pratique point cet Art en dilettante.
Les quidams me remettent le produit de leur rente
Dès que je les menace de couper leurs bacchantes.

En pillage non plus ne suis pas ignorante.
Certes, des mairies, point n’en ai pris nonante,
Mais bien en quantité toutefois suffisante
Afin qu’en la matière ne sois plus débutante.

Mon parcours m’a conduit vers des armées poutrantes,
Mon chemin m’a mené dans des contrées listantes.
Cheminer solitaire reste chose inquiétante,
La vie dans les Royaumes n’est pas toujours bandante.

Vous pouvez me répondre à la poste restante,
J’attendrai votre accord jusqu’à minuit pétante.
Soit ma candidature vous paraît séduisante,
Soit ma ligne de vie vous semble insuffisante …

Mais je ne voudrais point vous sembler arrogante,
Je souhaite simplement être votre assistante,
Ce n’est en rien pour moi posture avilissante
Si l’on trouve chez vous compagnie accueillante.

Si jamais ma requête vous avait l’air branlante,
N’ayant plus dans ma bourse d’espèces trébuchantes,
Je n’aurais plus alors qu’à porter ma tocante
Chez un sombre prêteur qu’on appelle Ma Tante.

Ah ! Comment je m’appelle ? Quel peut-être mon nom ?
Je ne puis plus longtemps vous rester anonyme,
Je me dois dire enfin quel est mon patronyme.
Sachez que je réponds au nom : Cacofiélon !


Et elle fit une légère courbette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandragore



Messages : 126

MessageSujet: Re: Cacofiélon   Dim 29 Juin - 23:27

Et voilà qu’elle assistait à présent à un nouveau spectacle, et tout ça gratuitement. M’enfin, la poésie, au bout d’un moment, ça donnait mal à la tête tout de même. Comme qui dirait, point trop n’en fallait.

Sans pinailler pour autant, elle écouta la tirade, cherchant le sens derrière les mots compliqués. Fallait avouer qu’il y avait plus de lignes entre les lignes qu’il  n’y paraissait et Mandra fronçait parfois les sourcils pour se donner un air consistant, bien qu’elle ne comprit pas tout.

A la fin du numéro, elle se mit à applaudir, amusée, plus par l’attitude rocambolesque du personnage qu’impressionnée par la déferlante de mots qu’elle avait pris en pleine poire.


- C’est bien beau tout ça, mais la prose, c’est plus concis. Alors…

Juste à ce moment-là, une Compagnon surgit pour donner quelques évidentes informations pour disparaître aussi vite sans demander son reste, mais en laissant la Brunette perplexe. Un haussement d’épaules, puis elle poursuivit :

- Ah oui, et surtout tu dois remplir ce formulaire, et comme il faut, car sinon, celle qui a surgi il y a quelques instants reviendra pour te sermonner ! Tu sais écrire, j’espère, car je ne suis pas larbin scripteur moi.

Elle frappa à la porte plusieurs coups, des forts, des moins forts, comme pour donner l’impression d’un code. Le garde qui ouvrit lui fit les gros yeux et l’enguirlanda : « Non mais ! T’en n’as pas marre à la fin ! Je perds patience ! La porte, tu l’ouvriras la prochaine fois ou sinon tu voleras dans une cellule à coups de pieds au séant ! » Voilà qui était clair.

Refroidie par la soufflante, la chieuse sourit à la Cacotruc en l’invitant à entrer.

- Installe-toi sur ce banc et complète le formulaire. Il est compliqué ton nom, pas trop dur à porter j’espère, dit celle dont le nom était importable. Ça fait penser à une potion, ou un sortilège…, si on a de l’imagination.

De sa besace, elle sortit une feuille pliée, qu’elle prit grand soin de défroisser pour la tendre à la nouvelle, avec un crayon.

- Tiens, voilà ! Après tu l’envoies à la cheffe. Et puis, elle te dira la marche à suivre.

Formulaire:
 

Enfin, elle déposa un gobelet de bois sur la table, dans lequel elle vida une partie du contenu d’une petite fiole.

- Je t’offre à boire. C’est assez fort. C’est ce qui m’a été offert lorsque je suis arrivée. Je dois te laisser à présent, car j’ai à faire. Tu ne tarderas à recevoir des ordres, dès que le formulaire sera parvenu à son destinataire. A bientôt, peut-être.

Pressée, elle était, car elle avait une chose assez importante à faire ce soir, qui allait changer beaucoup de choses pour l’avenir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cacofielon

avatar

Messages : 10

MessageSujet: Re: Cacofiélon   Lun 30 Juin - 14:24


Sa tirade saluée par une salve d'applaudissements, elle s'inclina encore une fois devant son aimable public. Puis la fille l’entraîna vers la palissade, sur laquelle elle tapa avec ses poings une sorte de code. Cacofiélon, qui avait suivi en alternance une formation accélérée de télégraphiste chez les scouts, parvint à comprendre vaguement le message, malgré quelques fautes de frappe : « Ouvre moi cette p… de porte, et plus vite que ça, ou j’te pète la gu… ! ».

Elle suivit ensuite le factotum dans le home des Fatum, attendant leur desideratum. qui vint sous forme de transcriptum. Elle s’assit au scriptorium, lut le papier en plissant les yeux, s’empara du crayon, le trempa dans l’encrier que la petite avait rempli devant elle, tira un bout de langue, et renseigna laborieusement le poulet. Elle se demanda pourquoi il fallait ensuite boire le contenu de l’encrier. Ce devait être une sorte de rite initiatique. Elle s’exécuta. Dans sa chienne de vie, elle avait bu toutes sortes de trucs improbables, plus rien ne pouvait la rebuter. Elle reposa le godet, fit claquer sa langue de satisfaction, et s’exclama :


Aaaaahhhh !!!!! Mordedious, cette encre est bien sympathique !

Puis elle fit du regard le tour de la pièce. Elle avisa une boîte accrochée au mur marquée : M.P. La Féline.

Ouaip, ça doit être là-dedans que ça se met, grommela t’elle.

Et elle fit glisser le papier dans la fente, puis piqua un somme en attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cacofiélon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cacofiélon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cacofiélon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fatum :: Accueil :: Présentations-
Sauter vers: