AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prendre la vache par les cornes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bhadhaboum

avatar

Messages : 5

MessageSujet: Prendre la vache par les cornes   Dim 2 Nov - 16:26

Et si j'avais su que les vaches n'ont pas de cornes mais uniquement les taureaux, je serais fermière.


Être indépendant à ses avantages. Libre de ses choix, de son chemin, de quoi faire avec son butin, de ne retarder personne lors d'un procès et de profiter des geôles à volonté. Ouais, en prison t'as pas besoin de surveiller tes arrières, t'as trois gardes et une grille de fer entre toi et le monde. C'est reposant, mais un peu ennuyant. Les oranges sont sucrées mais ça cause pas beaucoup là-dedans. C'est du genre silencieux, à mort. Parce que ouais, t'as un bonhomme qui est en train de crever dans la cellule d'à côté ça commence à chlinguer. J'ai un petit problème avec les odeurs, mon nez ne les supporte pas. Le con, il a pas encore comprit que la propreté c'est pas toujours tendance. Pour son bien être, je me lave tout les jours donc. Au moins, vous savez que je suis propre maintenant, ça vous en bouche un coin hein ? L'information super intéressante et utile. Oui oui je sais. En revanche, être indépendant a aussi ses inconvénients. Et un inconvénient de taille. Celui de te faire louper pleins d'écus parce que ton champ d'action est limité. Bon, c'est pas l'argent qui me manque non plus. Ce qu'il me manque, mais c'est un secret, vous le dites à personne, j'vous fais pas confiance, mais j'vais vous le dire quand même. C'est l'unité. Le sentiment d'appartenance à un groupe, à une fratrie, peu importe l'état de celle-ci. Enfin à quelques limites précises. Comment ça j'suis d'une exigence ? Parce que je le vaux bien. Oui, je suis prétentieuse aussi, mais je l'assume bien. J'suis même bien capable de me vanter d'être prétentieuse. L'être parfait n'existant pas, inutile de se voiler les yeux avec une descente de lit et s'afficher tel que nous sommes. Pi de toute façon, c'est trop encombrant à trimballer une descente de lit.


Parce qu'il faut faire un choix. Ouais, je choisis de perdre un morceau de liberté. Au fond, je suis sûre d'aimer cela. Comment je le sais ? Je n'ai pas toujours été seule au monde avec comme seul compagnon de route un caillou dans la godasse. C'est triste hein ? Salut Caillou ça va ? Et jamais, ô grand jamais une seule réponse de sa part. J'déconne j'déconne. J'me trimballe toujours avec quelques paires de pieds qui appartiennent à des gus. Et des gusses. Comment ça vous voyez pas la différence ? Des gus et des gusses. Gusse c'est le féminin de gus, mais à l'oreille, on entend rien. Comme ça un autre secret ? Il vous en faut toujours plus, hein !? Vous franchissez mon espace vital, hum. Bon... J'vous aime pas, alors, continuons. La notoriété. Un groupe parmi tant d'autres a réputation d'être des...*vous ne pouvez pas entrer dans cet espace de mon cerveau libre penseur* me plaisait plus que les autres. Oui, l'humain est faible. Un détail peut jouer sur l'un des choix les plus importants de votre vie. J'exagère ? Non. Enfin si, mais vous n'allez pas m'en vouloir. Bref, moi, Bhadhaboum et quelques paires de godasses neuves, on s'dit qu’intégrer un groupe, ça peut l'faire. Pourquoi ici et pourquoi maintenant.. La réponse se trouve entre le courant du vent qui vient du Sud et la porte de l'aubergiste qui vient d'écraser mon nez. Comment ça aucun rapport ? Vous avez raison. Sérieusement, je suis pas un livre ouvert ! Faut pas déconner les z'amis. Oui non c'est vrai, on est pas encore amis. Mais ça va pas tarder. J'suis confiante. J'ai tort ? Je ne crois pas. Bon là-haut, tu fermes ta gueule maintenant, on est presque arrivé. Oui, je parle à la petite voix dans ma tête, si vous savez comme elle est chiante, vous m’envierez. Le truc avec la notoriété, c'est qu'il est facile de vous retrouvez par contre. Tout le monde vous reconnait et est donc en mesure de vous localisez. Moi ça m'arrange. Au bout de la ville vous prenez à droite sur cinq cent mètres, vous traversez le champ des vaches, vous inquiétez pas elles sont pas méchantes hein, pi ils doivent être par là à deux cent mètres à gauche..Ah.. Des indications géographiques comme ça, il m'en faudrait pas tout les jours. Non mais sérieusement mec, tu veux pas me faire un dessin ? Pi j'aime pas les vaches moi, ça mord. Te. Ô joie !


Quand faut y aller, faut y aller. Ou pas. M'enfin si j'y vais. Mais l'aubergiste dessine très mal. Non non, c'est pas moi qui est un mauvais sens de l'orientation. C'est juste que..que..Il dessine pas bien, voila tout. C'est jamais la faute des femmes de toute façon. Non mais faut le savoir, c'est une information capitale et vitale. J'insiste. Un..deux...trois..cent trente deux...trois cent vingt six...Cinq cents mètres à droite ! Ah mais attend, il voulait peut-être dire de faire un pas à droite à chaque fois ce qui fait cinq cents mètres en diagonale et non pas tout droit à la sortie de la ville. Soupir. Un coup d'azur levé sur le ciel. Fais chier aussi. J'aurais peut-être pu attendre que l'un d'eux se pointent à l'auberge. Fin en même temps, le gros type là, il avait pas trop envie que je reste non plus. Mon nez a encore un petit peu mal, mouais. Connard. Pas le moment de foutre le bordel, j'ai des priorités. Enfin au moins une. Une gorgée de ce truc pour me donner un peu de patience. Qu'est ce que c'est ? Hum, je sais plus. Tout ce que je sais, c'est que c'est pas de la flotte. Le reste m'importe peu. Les vaches maintenant. Ah ouais, j'entends des 'Meuh meuh', victoire, je suis sur le bon chemin. Fallait pas marcher en diagonale mais bien tout droit à droite. Mon intelligence hors normes me surprendra toujours. Hé, y en a là-dedans. Rira bien qui rira le premier et le dernier. Tu t'égares tu t'égares. La voix, j'ai dis ta gueule. Hé mec, les vaches elles n'ont pas de cornes.. Whaa..N'empêche, ça pue, je me tire. Et deux cents mètres à gauche. Ça sent la bouffe. Hum, mon pouce m'informe que mon odorat l'informe qu'on se rapproche à grand pas. Mes jambes font des grands pas effectivement. N'importe quoi, il y a vraiment un truc qui tourne pas rond là-dedans.. Ce moment me renvoi quelques années en arrière, de longues années, mais de belles années. Je sais désormais que j'ai raison. C'est reparti pour un tour Huguette.


Salut ! Les vaches là-bas, c'est pour remplacer les chevaux ?

J'entre officiellement dans la catégorie des 'Non mais, elle a vraiment l'air tarée celle-là'. Ironie quand tu nous tiens... Tu veux plus nous lâcher !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Prométhée

avatar

Messages : 13

MessageSujet: Re: Prendre la vache par les cornes   Dim 2 Nov - 18:00

Il était tôt, très tôt , le genre d'heure ou d'habitude les vaches ferment leurs gueules et où les chanceliers dorment . Enfin , ça , c'était le plan . Aujourd'hui , allez savoir pourquoi , les vaches se mettaient à faire des 'Meuuuuuhhhhhhhh' à genre huit heure du matin . Bon , vous me direz qu'en réalité ça arrive souvent , mais ici pour l'occasion le politicard avait besoin d'une raison pour se lever , et puis les vaches c'est chiant le matin quand même . Ca sera jamais pire que les coqs ou que Rayer entrain de jeter des pierres sur les recrues depuis le haut du château , les faisant brailler de bon matin , mais c'était pas l'idéal . A huit heure dix , le brun était levé et déjà blottit dans sa robe de chambre tel un vieux noble de Versailles , il regarda par la fenêtre et s'aperçut qu'une femme qui avait l'air de chercher son chemin arrivait chez eux .




En fait , à cette heure ci y'a jamais personne à l'accueil , ça peut paraître débile mais en réalité un brigand il se pointe pas à cette heure ci ; il dort , viole , se remet de sa cuite , vole , pille , j'en sais rien , mais il vient pas toquer chez d'autres brigands à cette heure ci , c'était proche de l'outrage , quand même . Enfin soit , malgré l'envie de se recoucher , y'avait une femme à l'entrée et quand on est flamand on vient toujours en aide aux femmes dans le besoin . Loin d'être un bon samaritain , faut bien se dire qu'il se disait surtout qu'il avait l'occasion de mettre une nouvelle dans son lit , ça c'était bien . Enfin , il arrivait au poste de garde , et déjà de là , il entendait une folle demander ;



Salut ! Les vaches là-bas, c'est pour remplacer les chevaux ?




-Oui , en fait on a remarqué que ça résistait mieux aux flèches et en plus on peut s'en servir pour ruminer toute l'herbe d'un pays et donc provoquer une famine . On est malin ici , vous savez .


Reprenant son souffle , il la regarda d'un air peu considéré , se disant que le sexe s'éloignait petit à petit ..


Vous venez pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bhadhaboum

avatar

Messages : 5

MessageSujet: Re: Prendre la vache par les cornes   Dim 2 Nov - 20:25

J'avais pas dis qu'il était tôt le matin ? Oui c'est normal. Parce qu'on vit pas tous sur les mêmes horaires en fait. Je dois avoir un problème de décalage. J'ai un problème de décalage.. La vie la nuit de picolages en brigandages. Du coup ça explique aussi pourquoi je suis 'encore' en train de boire un truc qui est pas du meilleur gout. J'irais me coucher dans quelques heures, quand j'tiendrais plus debout. Cette fameuse tendance à s’écrouler un peu partout et nul part quand l'alcoolémie a envahi tout votre sang. C'est chiant, mais on y fait. cela devient même un Art de vivre avec l'expérience. On peut presque calculé un œil fermé et l'autre mi ouvert l'endroit ou votre tête va atterrir. L'idéal, c'est que ça fasse pas mal. Ou pas trop. Cette alcoolémie elle est super forte. Elle vous fait même faire des trucs un peu bizarre. Dégueulasse aussi des fois. Vomir par exemple. C'est pas extra glamour et ça ne sent pas super bon. Savoir s'arrêter. Vous connaissez vous le con qui a pondu cette philosophie merdique ? Ah je les entends moi 'Oui mais tu sais pas t'arrêter'..J'ai essayé pourtant. De pas ouvrir la bouche, de ne pas lever assez haut le coude, de fermer les yeux, de faire un tour sur moi-même. Pi finalement, le liquide trouve toujours mon gosier. Ouais, c'est lui qui me retrouve toujours. Ne lui dites pas mais je crois qu'il est amoureux de moi. Oui, c'est souvent l'effet que je fais. Un jour un truc qui ressemblait à une fille, mais seulement ressemblait m'a dit... Les hommes ça tombe comme des mouches. J'ai jamais compris. Elle devait boire plus que moi, j'ai jamais vu un homme tomber en volant. La vie est dingue et les dingues font la vie. J'vous filerais son adresse, elle radotait pleins de trucs incroyables comme : La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie, un de perdu dix de retrouvés, ne mange pas trop de viandes crues c'est mauvais pour la santé. Rien compris. Décidément, je ne comprendrais jamais rien chez cette femme. On aurait pas pu devenir amies non. Mais qu'est ce que ça sent bon quand même cette odeur de bouffe.. *Nous déconseillons vivement les lecteurs de chercher un rapport entre la philosophie et l'odeur de bouffe, car il n'y en a aucun. NB : C'était pour ne pas que vous vous sentiez perdus.*

Le prométhée a écrit:
-Oui , en fait on a remarqué que ça résistait mieux aux flèches et en plus on peut s'en servir pour ruminer toute l'herbe d'un pays et donc provoquer une famine . On est malin ici , vous savez .

Je reste dubitative sur l'usage des vaches quand même. J'ai très très envie de lui dire. Mais il se passe un truc extra-ordinaire. Mon cerveau se met 'tardivement' en mode de fonctionnement pendant que l'azur lui observe d'un coup d'oeil rapide le bonhomme. Charmant. J'aime bien le principe des cheveux longs. Ils permettent de glisser la main dedans, d'enrouler les longueurs autour des doigts et de renverser la tête en arrière lorsque.. Hum, bref. Reprenons, les vaches. Dommage, il rendait bien à l'image. Ma propre main se perd dans les longueurs blondes comme pour joindre le geste à mon imagination trop débordante. S'il trouve ça malin, c'est qu'il y a forcément un truc de malin. Je m'étais trouvée drôle, sauf qu'à priori, j'avais tapé dans un truc juste, mais je comprenais pas du tout entre les vaches les flèches et la famine. Avais-je manqué des mots ? Une phrase complète ? Probable. Ma tête un peu chouille trop lourde quand je pense. Je penche la tête sur le côté, l'air penseur. Ou ridicule, je ne sais pas. Je me sens libérée d'un poids d'un coup que je soupire de soulagement. Il est vraiment très charmant. Faudrait vraiment que j'aille me coucher, ça m’ôterait ces idées de la tête.

Soit, m'enfin, la vitesse d'un cheval et d'une vache ne sont pas tout à fait la même. Vous pourriez les mettre en premier rang mais personne ne tirerait sur une vache. Sauf un débile profond et à la réflexion on en trouve beaucoup. Surtout du côté de l'intérieur des remparts. Quand à ruminer toute l'herbe, ça prend du temps, cramer les récoltes c'est quand même vachement, vache, vachement, c'est drôle hein, plus rapide et plus efficace. Mais oui oui c'est très malin. Peut-être qu'en mettant de la paille et des cailloux dans une armure on arriverait à la faire tenir sur une vache. Très expérimental comme tromperie, mais pourquoi pas.

Pour tenter de me montrer convaincante, j'étire un fin sourire de biais sur mes lèvres. C'te blague. J'aurais du arriver en annonçant : Bonjour, je vous prie de bien vouloir accéder à ma requête qui est celle de ramener mon cul et ceux des miens parmi les vôtres. On aurait peut-être éviter l'énorme réflexion sur l'utilité des vaches qui me désormais mal à la tête. J'balancais juste un bonjour plus original quoi. Comme à chaque fois, ça m'attire des emmerdes. Quoi que là c'est pas bien grave. J'bavarderais bien volontiers du cul des vaches et de la forme de ce qui en tombe rien que pour satisfaire l'azur de la vue qu'il offre. Il semble qu'il prononce encore des mots, c'est affreux cette façon qu'il a de parler autant. Enfin c'est à peu près le seul moyen qu'à l'être humain pour communiquer. J'ai essayé avec mon frère, les grimaces, les signes, les bruits avec la bouche, c'est pas très efficace. Hum, en fait il me demandait ce que je fous là. Normal.


Bha j'venais admirer les vaches pardi. Pi j'ai senti de la bouffe.Pi j'avais faim.Je laisse volontiers quelques secondes s'échapper entre cette annonce et la suivante. En réalité, on est une petite famille de quelques paires de bras. On s'est dit qu'on pourrait être utile par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Prométhée

avatar

Messages : 13

MessageSujet: Re: Prendre la vache par les cornes   Mer 5 Nov - 19:25

Soit, m'enfin, la vitesse d'un cheval et d'une vache ne sont pas tout à fait la même. Vous pourriez les mettre en premier rang mais personne ne tirerait sur une vache. Sauf un débile profond et à la réflexion on en trouve beaucoup. Surtout du côté de l'intérieur des remparts. Quand à ruminer toute l'herbe, ça prend du temps, cramer les récoltes c'est quand même vachement, vache, vachement, c'est drôle hein, plus rapide et plus efficace. Mais oui oui c'est très malin. Peut-être qu'en mettant de la paille et des cailloux dans une armure on arriverait à la faire tenir sur une vache. Très expérimental comme tromperie, mais pourquoi pas.


Wow , elle était pas si débile qu'elle en avait l'air cette blonde . Non parce qu'entre le fait qu'elle ait découvert qu'une vache aille moins vite qu'un cheval et le fait que ruminer toute l'herbe d'un pays prendrait du temps , on pouvait clairement y voir un brin d'intelligence . Par moment , elle semblait quand même s'égarer , genre pose blonde super débile qui te regarde avec des petits yeux tout mignons tout en poussant ses seins vers l'avant , histoire de se vendre . C'est pas que ça dérangeait parce qu'on fond le Chancelier il était en manque depuis quelques jours et une petite blonde ça se calait bien sous la dent , surtout celle la en fait , elle était pas trop mal foutue et le coup semblait assez facile . Soit , pendant qu'il réfléchissait la pipelette continuait de causer , il pigea la dernière phrase


En réalité, on est une petite famille de quelques paires de bras. On s'est dit qu'on pourrait être utile par ici.


Et merde . Elle vient en famille .



Bon , pour le coup ça fait chier , puis qu'est ce qu'elle vient foutre avec ses marmots et son mec chez nous . Qui voudrait d'une famille dans sa forteresse ? C'est carrément débile comme idée , puis on f'rait quoi avec d'eux?





Elle retombait déjà dans son estime , non pas qu'elle semblait moins belle ou moins maligne qu'au premier regard , mais là le coup se faisait déjà plus difficile , quoi qu'une famille mariée c'était vachement plus excitant ... Mais attendez ...



Une famille de quelques paires de bras ? Et si c'était genre un groupe de quatre ou cinq clampins qui cherchaient à nous rejoindre ? Ca arrangerait le truc ça . Mais pourquoi j'me parle à moi même comme un débile , elle est contagieuse celle là ou quoi ? Faut que je m'en éloigne en vrai , ça sent pas bon cette histoire . Ouais mais non , sérieux faut que je me l'envoie , je vais pas laisser ça passer . Bordel j'deviens dingue .






Il la regardait toujours , en fait il était planté devant elle depuis cinq minutes , sans lui donner la moindre réponse . Au final elle était pas si mal , puis y'avait une chance sur deux qu'elle soit disponible , alors ça valait le coup de prendre un peu de risques . Il sortit un formulaire de sa robe de chambre et lui déposa dans les mains .



Remplissez ça et j'vous laisserai rentrer , la blonde .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prendre la vache par les cornes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prendre la vache par les cornes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prendre le taureau par les cornes
» Quelle armure+ prendre?
» [RP] Oui, ce soir tu vas prendre
» Ils ont des cornes et aiment les élans
» Tu vas prendre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fatum :: Accueil :: Présentations-
Sauter vers: